Empire allemand

De 1871 à 1918

1. Le Deuxième Reich

L'Empire allemand (en allemand : Deutsches Reich ou Deutsches Kaiserreich) est également appelé Deuxième Reich, le premier étant le Saint-Empire romain germanique. Cet empire fut fondé par Guillaume Ier d'Allemagne, le 18 janvier 1871 et s'est terminé le 9 novembre 1918 au moment de l'abdication de Guillaume II après la Seconde Guerre mondiale; l'Allemagne nazie d' Adolf Hitler sera le IIIe Reich.

L'Empire allemand était composé majoritairement de l'ancienne Confédération de l'Allemagne du Nord, de quatre royaumes (Prusse, Bavière, Wurtemberg et Saxe), de six grands-duchés et cinq duchés, de sept principautés, de trois villes libres (Brême, Hambourg, Lubeck) et d'un territoire, l'Alsace-Lorraine, conquise aux Français lors de la guerre franco-prussienne de 1870-1871. C'était une monarchie constitutionnelle fédérale autoritaire, dont Berlin était la capitale. Les personnages les plus importants furent Guillaume Ier (empereur de 1871 à 1888) et Guillaume II (empereur de 1888 à 1918), ainsi que le chancelier Otto von Bismarck (de 1871 à 1890).

2. Les colonies d'Afrique

Durant la conférence de Berlin en 1884, les dirigeants européens se divisèrent l’Afrique. L’Allemagne obtint le Togo (Togoland), le Cameroun (Kamerun), l'Afrique orientale (la Deutsch-Ostafrika : Rwanda, Burundi et Tanganyika devenue la Tanzanie) ainsi que le Sud-Ouest africain (la Deutsch-Südwestafrika, l'actuelle Namibie). Dans tous les territoires allemands se mit en place une colonisation économique de marchands soutenus par l'État allemand.

En quelques mois de 1884 et 1885, l'Allemagne se retrouva ainsi à la tête d'un empire colonial cinq fois plus grand que son territoire métropolitain, mais très peu peuplé. Bien que l'Empire allemand ait utilisé l'allemand comme langue officielle, les habitants des colonies continuèrent de parler leur langue africaine (swahili, kirundi, kinyarwanda, oshivambo, ndonga, etc.).

3. Les îles du Pacifique
 

L'Allemagne étendit également son empire colonial dans des îles du Pacifique. Elle occupa à cette époque les îles Samoa (puis abandonnées) pour coloniser les îles Marshall en 1885 et Nauru en 1888, ainsi que les Mariannes, Belau (Pelau) et les Carolines (aujourd'hui en Papouasie-Nouvelle-Guinée). Le IIe Reich avait occupé aussi en 1885 le nord de l'archipel des îles Salomon; le traité de 1899 les rattachera au protectorat britannique des Salomon méridionales créé en 1893, l'Allemagne conservant toutefois les deux principales îles du nord, l'île Bougainville et l'île Buka (archipel Bismarck).

La Nouvelle-Guinée allemande (en allemand : Deutsch-Neuguinea) fut un protectorat de l'Empire allemand; constitué à la suite des pressions des marchands allemands à partir de 1884, il se développa jusqu'en 1899 par annexions et rachats successifs, jusqu'à regrouper presque tous les archipels micronésiens, Nauru, le nord-est de la Nouvelle-Guinée et les îles environnantes. C'était avec les Samoa allemandes l'une des deux composantes de l'empire colonial allemand dans le Pacifique.

 L'Empire allemand obtint aussi des «concessions» en Chine, louées par la dynastie Qing : concession de la baie de Kiautschou (1898), concession à Tientsin (1895) et Chefoo (1901).

4. La langue allemande

L'allemand était la seule langue officielle de l'Empire, mais il existait un grand nombre de minorités linguistiques non reconnues, sans compter les variétés dialectales de l'allemand: le polonais, le danois, le français, le wallon, l'alsacien, le sorabe, le frison, le cachoube, le néerlandais, le flamand, le tchèque, le lituanien, l'italien, etc. L'Empire allemand favorisa toujours la Hochdeutsch au détriment des autres variétés allemandes (francique, bas-allemand et moyen-allemand). Le religion officielle était le protestantisme, mais beaucoup d'habitants pratiquaient le catholicisme ou la région orthodoxe.

5. Le traité de Versailles et le dépeçage de l'Empire

En 1919, le traité de Versailles entérina la fin de l'Empire colonial allemand, dont les vainqueurs se partagèrent les colonies sous mandat de la Société des Nations. Les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France se partagèrent le Pacifique. Vaincue, l'Allemagne verra décroitre sa langue germanique pour se maintenir uniquement en Allemagne, en Autriche et en Suisse. Actuellement, 75,5 millions de locuteurs parlent l'allemand comme langue maternelle et 56 millions comme langue seconde, pour un total de 131,6 millions de locuteurs.

Dernière mise à jour: 01 déc. 2021

Page précédente

Saint-Empire romain germanique

Les empires et les langues

Accueil: aménagement linguistique dans le monde